jeudi 16 mars 2017

GroWerZ The Cardgame

"GroWerZ vous fera vivre l’expérience d’un cultivateur de cannabis débutant.
Réussirez-vous à créer votre jardin sans vous éreinter ?
Trouverez-vous la souche correspondant à vos besoins ?
NB : le jeu se déroule dans les nombreux pays où la culture du cannabis est légalisée."

Voilà le pitch du livret d’explication en français...
Stéphane de Dédale (qui vient de commencer la distribution du jeu en Belgique) venait de me montrer la boîte, et directement, l’illustration avait piqué ma curiosité. Ces quelques lignes n’ont fait qu’augmenter celle-ci.

Me voilà donc au stand « Dé joueur » de YouPlay pour tester la bête. Je tue le suspense de suite, je suis reparti avec la boîte et j'en suis grand fan. En même temps, vous êtes en train de lire le coup de cœur sur celui-ci que j’ai écrit, vous vous doutiez donc que j’étais convaincu. Laissez-moi cependant vous conter pourquoi J

Avant-propos…


Je n’avais jamais eu à faire ça avant, mais je préfère prévenir que guérir J
Le thème de la culture du cannabis, qui reste une drogue non légale chez nous, peut choquer certains. Je ne suis pas là pour lancer un débat sur ce sujet. Chacun a son propre avis sur la question et il y a d’autres endroits pour débattre de cela. Il est clair que c’est ce thème qui m’a attiré vers ce jeu mais la mécanique est bonne derrière et c’est ça qui fait le coup de cœur.
Cependant le thème contribue forcément. J’ai été jeune et consommateur, je l’avoue. Et plein de choses dans ce jeu m’ont fait sourire.
Voilà pour le point de vue idéologique. A noter que le jeu est étiqueté avec un âge de 18+.

Avant de jouer…


C’est un jeu composé de 165 cartes.

120 cartes « Saison » réparties en 30 hiver / 30 printemps /30 été / 30 automne. 


12 plantes autoflorissantes et 14 plantes femelles.


6 cartes personnages (Artiste / Athlète / Chimiste / Colocataire / Hippie / Avocat) et 2 cartes espaces pour chaque personnage (un extérieur et un intérieur).



1 carte premier joueur qui est attribuée à la personne qui s’est abstenue de fumer depuis le plus longtemps.
Les cartes sont en anglais mais vu le peu de texte, cela ne pose aucune soucis. Ce sont uniquement les noms, mais ceux-ci n’influencent pas le jeu et ne sont pas nécessaires au vu de la symbolique mise en place sur les cartes.

Règles en Anglais, Italien et Français.

Le jeu se joue de 2 à 6 et les règles restent les mêmes quel que soit le nombre de joueurs.

Chacun des joueurs reçoit un personnage au hasard ou le choisit. A savoir qu’ils ont des caractéristiques différentes en matière de quantité attendue, de qualité du produit et un seuil d’effort niveau travail à ne pas dépasser. Une fois la carte personnage reçue, le joueur reçoit également les 2 espaces de culture correspondant à celui-ci, dont les caractéristiques sont identiques pour chaque personnage. Il s’agit d’une « Green House » = espace de culture extérieur et d’une « Grow Tent » = cabine de culture.


On mélange ensuite les cartes plantes en séparant en 2 tas les souches femelles et les souches autoflorissantes. Les plantes femelles pourront être plantées uniquement dans des « Grow Tent » quand aux autoflorissantes, elles pourront être plantées dans les 2 types d’espace de culture. On constitue 2 pioches séparées et la première carte est révélée (il doit toujours y avoir une carte de chaque type visible).

On mélange ensuite les cartes des 4 saisons.
Et on commence par l’hiver, on distribue 5 cartes du paquet à chaque joueur (le reste des cartes ne servira pas durant cette partie).
Chaque saison correspondra à une phase du jeu. Et un décompte de points aura lieu à chaque fin de saison.

Vue d’ensemble…


Pour être un bon cultivateur, vous devez bien choisir les plantes que vous mettrez en culture dans vos espaces. En effet, votre personnage a des attentes en matière de quantité, qualité et effort. Au dos de la carte personnage, vous retrouvez un tableau avec les points marqués en fonction du scoring de chaque paramètre pour chaque espace que vous possédez. Les différentes cartes que vous allez jouer vont influencer vos espaces en augmentant (et parfois diminuant) les 3 paramètres.

Les cartes noires sont des « Espaces » ou vous allez cultiver.
Chaque joueur en a 2 de base qui sont permanents, ils resteront donc jusque la fin de la partie.
D’autres espaces seront disponibles pendant la partie, ceux-ci seront temporaires (un sablier sur la carte le symbolise). Vous pourrez cultiver sur ceux-ci uniquement pendant la saison où vous poserez cette carte. Le type de plante qu’il peut accueillir est toujours symbolisé et chaque espace à des caractéristiques de base concernant les 3 paramètres quantité, qualité et effort.


Les cartes vertes sont les « Plantes » que vous allez placer dans des espaces de culture en respectant le type d’espace qui peut les accueillir. Elles rapportent des valeurs de quantité, qualité et effort (qui vont s’additionner à celle de base de l’espace). Elle comporte 1 ou 2 effets (dont nous parlerons plus tard).
Les cartes « Plantes » sont toujours temporaires (le sablier présent en atteste) et elles seront donc supprimées en fin de saison.


Il y a ensuite des cartes qui sont des structures permanentes (elles resteront donc jusque la fin de la partie) :
- jaune « Lampes »
- gris « Projecteurs »
- bleu ciel « Ventilateurs »
- violet « Aspirateurs »
- saumon « Système Hydro/Aéro »
- fuchsia « Antiodeur »
Ces cartes sont des améliorateurs d’espace, elles amènent donc des variations aux divers paramètres quantité, qualité et effort.
Ces cartes ne pourront être placées que sur des espaces permanents.


Et des cartes de structures provisoires (qui comportent un sablier et qui disparaissent à la fin de la saison) :
- orange « Technique de culture »
- marron « Fertilisants »
- rouge « Aides externes »
Elles apportent également des variations des 3 paramètres.
Ces cartes peuvent quand a elles être jouées sur des espaces permanents ou provisoires.


Les cartes bleues « Evénements » sont des faits de la vie quotidienne des consommateurs de cannabis. Elles comportent 2 symboles différents.


Pendant chaque saison, à chaque tour, les joueurs doivent choisir une carte parmi celles qu’il a en main et donner les autres à leur voisin. On passe les cartes dans le sens horaire en hiver et été et dans le sens antihoraire au printemps et en automne.


Les 4 saisons de jeu…


Il y a donc 4 saisons.
Ces saisons se composent de 4 phases : Choix / Semailles / Récolte / Nettoyage. 

Choix :
Comme dit, chaque joueur choisit une carte parmi celles qu’il a en main et la pose face cachée devant lui. Dès que tout le monde a choisi, on retourne simultanément les cartes et chacun la positionne où il le désire (en fonction de ce qui est possible et permis).
  • Si c’est un espace, il l’ajoute en dessous (ou au-dessus) de ceux qu’il a déjà.
  • Si c’est une carte événement, il la joue devant lui indépendamment des autres cartes déjà posées.
  • Si c’est une autre carte, il doit l’attribuer à un espace. Attention, il ne peut pas y avoir 2 fois la même couleur de carte attribuée à un espace.
Dans l'exemple à droite :
"Joint Forces" est un nouvel espace provisoire, il est posé au dessus des permanents. "Insomnia" est un événement, il est posé indépendamment des autres cartes, ici au dessus du personnage. "Fan" est une structure permanente (pas de symbole sablier), il doit donc être placé sur un espace permanent, ici sur celui du bas car il n'a pas encore de carte.

Semailles :
Le joueur qui a la carte premier joueur peut choisir de planter une plante. Soit en tirant au hasard la première carte de la pioche des cartes femelles ou autoflorissantes ou en prenant une des cartes visibles de chaque type (si celle-ci est prise, elle est remplacée immédiatement par une nouvelle carte venant de la pioche).
Il décide sur quel espace il place celle-ci. Attention, il ne peut y avoir qu’une seule plante par espace et il doit respecter le type de plante autorisée en fonction de l’espace. Pour rappel, les plantes femelles dans les espaces intérieurs type « Grow Tent » et les autoflorissantes en extérieur type « Green House » et intérieur. Un rappel sur les types autorisés est présent sur chaque carte espace en bas à gauche (l'iconographie est claire).
C’est ensuite au joueur suivant en sens horaire de choisir une plante et ainsi de suite jusqu'à ce que chaque joueur ait eu l’opportunité de semer. Je dis bien "ait eu l’opportunité" car il n’est en effet pas obligatoire de semer.

Les 3 possibilités d'association type plante / type d'espace
On passe alors les cartes Saison restants en main au joueur suivant (attention de bien respecter le sens en fonction de la saison).
On répète alors phase de choix et de semailles jusqu’à avoir joué 4 cartes. La 5ème carte est défaussée. Et on passe ensuite à la phase de récolte.

Récolte :
Chaque joueur compte les points en évaluant chaque plante (voir section décompte).
Attention, pour qu’un espace soit compté, il doit y avoir impérativement une plante dedans.

Nettoyage :
Dès que les points de la saison ont été comptés, on fait le grand nettoyage. On supprime toutes les cartes temporaires (portant un symbole sablier) présentes sur la table.
Les cartes saisonnières sont retirées du jeu.
Les cartes plantes sont séparées en fonction du type et mise dans les défausses respectives. Si à un moment, un paquet de plantes ne comporte plus qu’une seule carte, on mélange la défausse pour constituer une nouvelle pioche.
La carte premier joueur passe au joueur de gauche. On mélange les cartes de la saison suivante, on en donne 5 et c’est parti. Attention, vous passerez les cartes dans le sens inverse de la saison précédente.

Les décomptes (intermédiaires et le final)…


A la fin de chaque saison, il faut cueillir les plantes, chaque personnage marque des points en fonction des espaces plantés en fonction de ses besoins.

Les différents personnages ont des besoins différents.
Pour ce faire, il additionne les chiffres pour chaque paramètre quantité, qualité, effort. Ceux de l’espace, de la plante et des structures permanentes et temporaires.
Il compare alors ce chiffre avec le tableau de son personnage, et ce, pour chaque paramètre.
Si le chiffre est en zone rouge, il marque zéro point. En zone jaune, il marque 2 points. En rose verte, il marque 3 points.
Il fait ce comptage pour chaque espace cultivé (donc ayant une plante). Et si jamais, ces 3 paramètres sont dans le vert pour un espace, il marque 6 points supplémentaires. Ce qui fait un maximum de 15 points pour une plante.

Exemple 1 :
On compare le score de l'espace/plante aux attentes du personnage :
3 en quantité -> vert -> 3 points
2 en qualité -> rouge -> 0 point
1 en effort -> vert -> 3 points
Soit un total de 6 points pour cette plante lors de cette saison


Exemple 2 :
Quantité 5 -> jaune -> 2 points
Qualité 3 -> jaune -> 2 points
Effort 3 -> rouge -> 0 point
Total 4 points


On évalue aussi les événements posés devant les joueurs. Il récolte 3 points supplémentaires si un des 2 symboles de son événement apparaît sur au moins une carte plante. Il marque 6 points si les 2 symboles sont présentes sur les cartes plante (qu’importe si c’est 2 cartes différentes). Si le symbole est présent sur plusieurs cartes plante, il ne marque pas pour autant plus de points.

Exemple 3 :
Les 2 symboles de la carte événement sont sur la carte plante, donc 6 points


Exemple 4 :
Un des symboles de la carte "Insomnia" est sur une des plantes -> 3 points
Un des symboles de la carte "4:20" est sur deux plantes -> 3 points


Lorsque les 4 saisons sont faites, on ajoute le total de chacune de celles-ci.
On fait alors le décompte final. Pour ce faire, on enlève toutes les cartes temporaires et le joueur ayant la plus grand variété de couleurs sur un seul espace remporte 6 points supplémentaires. Si plusieurs ont le même nombre de couleurs le plus élevé, ils prennent alors chacun 6 points.

Exemple 5 :
L'avocate a 4 couleurs, le snowboarder 5, c'est donc lui qui remporte les 6 points finaux.


On additionne les points des 4 saisons au décompte final, le joueur ayant le plus grand score l’emporte.
En cas d’égalité, celui avec le plus grand nombre de couleurs sur un seul espace l’emporte. Si y a encore ex-aequo, c’est celui avec le second espace avec le plus de couleurs qui l’emporte. Si toujours ex-aequo, ils se partagent la victoire (c’est cool de partager).

Mon avis…

Avant tout, je voudrais remercier Dédale de m’avoir demandé de tester ce jeu et d’avoir pris le pari osé de distribuer un jeu sur un thème pareil. Merci également au « Dé Joueur » qui nous l’a expliqué de belle façon alors que c’était sa première fois (hop le lien vers la page FB et leurs activités, ils organisent des soirées jeux !!!).

Niveau mécanique, on est sur un draft de cartes à actions immédiates comme dans 7 Wonders (donc vous avez des cartes en main, vous en choisissez une et vous passez le reste à un autre joueur). Donc effectivement, il y a une facteur de chance dans les cartes que vous recevez mais vous pouvez contrôler en ayant le choix parmi celles disponibles (ce qui peut être aussi parfois frustrant quand 2 cartes sont parfaites pour votre jeu). Ensuite, y a le coté comme dans « Les Bâtisseurs » où l’on cherche à associer des cartes avec celles de base pour avoir une valeur qui vous arrange. Ça a d’ailleurs valut au jeu d’être rebaptisé par mes soins en « Les Bâtisseurs de la Weed ». Sauf qu’ici, on cherche à obtenir une valeur qui nous arrange dans les 3 paramètres quantité/qualité/effort pour obtenir le plus de points possible et non pour créer quelque chose. C’est très calculateur. Le choix des plantes est important aussi et parfois sauter une « semailles » peut être salutaire pour rester dans les quotas de notre personnage car la plante présente est trop élevée et le hasard trop risqué, vous aurez peut-être un meilleur choix le tour d’après. Bon, par contre, va falloir compter beaucoup. Armez-vous d’un bout de papier, ça sera bien plus facile. Le bon plan pour les possesseurs de smartphone Androïd, y a une application de comptage de points disponible : ici (je croise les doigts pour version Apple).


Les illustrations sont parfaitement dans le thème. C’est drôle et coloré. J’adore les innombrables références pour les consommateurs de cannabis (vu le thème, ça serait dommage de se priver). Mais ce qui est le plus fun, c’est qu’on joue avec des choses réelles… et oui, on fait réellement de la culture de cannabis dans les espaces proposés, avec les types de plante correspondants et on fait varier les divers paramètres en y ajoutant des équipements. Et ça, c’est fort. De plus, les plantes proposées pour mettre dans vos plantations sont de réelles variétés. J’allais oublier de vous parler des événements, ils ne parleront peut-être pas à tout le monde… mais certains comprendront J Bref, mélangez le tout et ça le fait vraiment, esthétiquement et thématiquement parlant.

Mon avis personnel, suis FAN !!! C’est frais, le thème me parle, les mécaniques aussi. On joue simultanément (à part pour le choix des semailles), on fait les décomptes de tout le monde ensemble, c’est rapide mais pas trop (comptez entre 25 et 40 minutes), assez accessible et pourtant pas trop léger, on s’amuse avec les illustrations, on passe un bon moment. Il a une bonne rejouabilité au vu du nombre de cartes et des différents personnages possibles (j’avoue même avoir des idées d’extensions qui me sont venues, j’espère pareil pour l’auteur).

Est-ce que c’est le thème qui fait tout, je ne pense pas. Même si il contribue à l’ambiance. J’ai joué avec des non-fumeurs et ça ne pose pas de soucis car le contenu est suffisamment riche. On aurait pu remplacer l’herbe par des légumes (avec quelques adaptations de certaines cartes) mais ça m’aurait moins fait rire peut-être (quoi que, j’adore jouer les fermiers dans Agricola).

Je conclurais donc en vous disant que c’est un bon jeu (excellent même, pour moi), mon coup de cœur du moment et je pense que je le ressortirais encore longtemps. Et si vous n'êtes pas convaincu par mon article, essayez-le, donnez-lui sa chance. Vais d’ailleurs essayer de vous le faire présenter lors d’une soirée DJUF.

Bonne fumette… oups, jeu, je voulais dire jeu une fois J

Cowmic


Fiche technique :
Auteur : Alberto Barbieri
Illustrateur : Ivan Art
Editeur : Demoelâ
Distributeur Belgique : Dédale
Prix : 25€
Joueurs : de 2 à 6
Age : 18+
Durée : 25 – 40 min
Site : ici
Facebook : ici
Instagram : ici

mardi 14 mars 2017

2 ans…


Le mercredi 11 mars 2015, un premier article Des Jeux Une Fois apparaissait sur le net. Et oui, ça fait déjà 2 ans… le temps passe vite… et surtout, que de chemin parcouru.

114 articles (10 acteurs, 10 concours, 15 coups de cœur, 3 événements, 29 jeux, 7 lieux, 5 ludisciences, 18 news et 17 reportages).
81 000 visites et une moyenne actuelle entre 5000 et 6000 par mois.
1300 j’aime sur Facebook, 400 abonnés sur Instagram, 300 sur Twitter.
Tout ça, en respectant les idées de base du projet.
Il y a cependant eu de l’évolution. 

On est passé de 2 à 4 personnes au bout de la première année.

On organise maintenant des événements mensuels.
Et on vous annoncera même bientôt une co-organisation (suspense…).

Mais la passion du jeu de société est toujours notre moteur, notre envie.
99% du temps des réunions de l’équipe est consacré aux jeux.

On ne sait pas où tout cela nous mènera mais on est pas prêt de raccrocher nos claviers.
Et nous conserverons ce qui fait notre force, la sincérité d’écriture dans le respect du travail de chacun.

Si vous avez envie de fêter ça avec nous, rendez-vous lors de notre prochaine soirée (29 mars 2017). Quelqu’un s’occupe du gâteau ?

Merci de nous suivre, merci pour vos retours, merci pour les jeux, merci…

La DJUF Team : VaL, Valda, Al & Cowmic



jeudi 9 mars 2017

YouPlay 2017

Ce 3, 4 et 5 mars 2017 avait lieu la seconde édition du Salon YouPlay à Brussels Expo. Un salon dédié aux jeux, aux vidéos et aux jeux vidéo. C’est le petit frère de Made In Asia et celui-ci se déroule en parallèle avec une entrée commune (2 salons pour le prix d’une entrée).

Nous y étions l’année passée pour la première édition qui se déroulait seulement sur 2 jours, nous y étions donc d’office pour cette seconde édition, qui cette fois (vacances de carnaval oblige), avait lieu sur 3 jours. Vendredi, c’est M&M’s qui étaient dans la place (Al et Cowmic) et le dimanche, les Aux prenaient le relais (Val et Cowmic).

Les généralités…


Parlons avant toute chose de l’affluence… beaucoup de gens sont là pour Made In Asia et ensuite les jeux vidéo ou YouTubers… l’affluence n’est pas principalement là pour la partie jeux de société. Donc le vendredi (la journée la plus calme), on était complètement à l’aise sur le choix des jeux auxquels on voulait jouer. Le dimanche était par contre bien plus blindé, et chose très différente de l’année dernière : la zone jeux de société était remplie, il fallait chercher pour trouver une table disponible. Parait que le samedi était pire et que l’ensemble des espaces étaient à saturation. Gros succès donc. Premier point fort positif : les jeux de société ont rencontrés un franc succès et ont l’air de se faire leur place dans un tel événement.

L’espace jeu (qui est évidement notre point d’intérêt) paraissait de prime abord plus petit, mais ce n’était en fait pas le cas. La disposition était tout simplement différente et plus ouverte. Au final, on se retrouve avec plus de tables disponibles que l’année dernière, second point positif.

Les animateurs sont de qualité, nous n’avons pas eu un seul jeu mal expliqué ou à la va vite, et ça, c’est top. Ça arrive malheureusement trop souvent en salon. Là, rien à redire : 3ème point positif.

Des espaces vente, dont Dédale et Case Départ, étaient présents avec des réductions salon, toujours appréciable.
Concernant le prix d’entrée, des préventes à 11€ le vendredi, 13€ le samedi et 12€ le dimanche (14€ par jour sur place). 30€ le pass 3 jours. Plus cher qu’un événement jeux de société pur et dur, mais accès à de nombreuses autres choses dont tout d’abord le Salon MIA, plein d’animations (concerts et projections), des séances de dédicaces (de personnes que nous ne connaissons pas en tant que non-initiés), de nombreuses boutiques ultra originales, …

Si vous visitez notre page Facebook, vous retrouverez d'ailleurs quelques vidéos live réalisées durant le salon....

Joseph expliquant "Les 7 mers" dans l'espace proto du BGF


A quoi on a joué…


Star Wars Destiny (Al)
Rapide, dynamique, tendu et fun, voilà comment je pourrais résumer notre découverte de SW Destiny. Je suis d’ailleurs reparti avec 1 exemplaire ^_^. Uniquement jouable en 1 contre 1, ce jeu qui s’apparente de loin à Magic utilise le thème de Star Wars pour mettre en scène le combat entre le côté clair et le côté obscur de la Force. La grosse différence par rapport à de nombreux jeux de cartes du même type, c’est que vous jouez 1 et 1 seule action puis c’est au tour de votre adversaire et ainsi de suite. Ça rend le jeu très nerveux et rend les choix cruciaux. Les illustrations sont à tomber, les dés sont bien lestés et sont très agréables à manipuler. MAIS il y a forcément un « Hic », c’est que tout ceci est un jeu à collectionner. Vous achetez 1 boîte de base qui vous permet de jouer soit le côté clair, soit le côté obscur et si vous voulez d’autres cartes (car oui, forcément, la boîte de base ne contient pas de cartes exceptionnelles) pour créer votre propre deck, et bien, il faudra acheter des boosters avec un contenu aléatoire (5 cartes et 1 dé). Voilà…excellent jeu, j’ai hâte d’y rejouer mais clairement un jeu qui peut faire très mal au portefeuille pour qui veut s’y investir un peu.

Al dégouté... il va devoir craquer, c'est trop bien...

Not Alone Exploration Pack (Cowmic)
J’ai eu l’occasion de le tester le vendredi et le dimanche. Le principe, cela reste Not Alone avec ses règles de base mais tous les lieux sont différents (des nouvelles cartes traques et survies également). Ce qui change complètement la donne et la manière de jouer. Notre sentiment est que c’est plus "gamer" et moins "grand public". Après mon premier essai, j’étais complètement défoutu tellement nous avions été chahutés. Mais à la fin de la seconde, waouh, gros coup de cœur. Les parties seront plus longues car beaucoup de réflexion, plus de calculs. Mais la dimension est supérieure, largement. C’est encore une version proto mais qui s’approche de la version qui devrait être disponible pour Essen au plus tard. On vous en parlera longuement lors de sa sortie. En attendant, vous pouvez venir le tester lors de la prochaine soirée DJUF du 29 mars.

10 nouveaux lieux...

Unlock (Al)
Après avoir dévoré la boîte Unlock de base, il fallait que je fasse essayer la bête à mes accompagnants du jour…et bien, la sauce n’a pas prise…par ma faute, je le crains :o( L’endroit n’était clairement pas le plus adapté. J’ai voulu expédier les explications et de ce fait, les objectifs et les possibilités de jeu n’étaient pas très clairs. Malgré moi, je me suis transformé en « leader », ce qui a, je pense, gravement terni leur expérience de jeu. Malgré tout, le scénario « L’élite » est un excellent scénario de démonstration qui offre un bon challenge sans être trop long, téléchargeable gratuitement sur le site de l’éditeur.

Ça débriefe dans les allées !

Secrets (Mic)
Le prochain hit de Repos Production qui devrait sortir courant de l’été. Nous voilà plongé en pleine guerre froide. Vous recevez un rôle : agent de la CIA, du KGB ou un hippie. En fonction de votre rôle, vous devrez, soit en équipe accumuler le plus de point pour la CIA et le KGB, soit en avoir le moins si vous êtes un hippie. Mais là où ça se corse, c’est que votre rôle risque fortement de changer durant la partie et votre stratégie risque donc de s’effondrer. Pire, vous ne saurez probablement pas si il a changé… Chaque joueur à tour de rôle tire 2 cartes dont il prend connaissance, ainsi que les autres joueurs. Il en choisit une secrètement et la donne à un autre joueur qui a le choix de l’accepter (et devra donc la jouer) ou la refuser (auquel cas, le joueur l’ayant donné la récupère et la joue obligatoirement). Les cartes comportent différents rôles qui vont influencer la partie (donner des connaissances, entraîner des changements d’identité, jouer des sales coups, …). Une fois qu’un joueur a 5 cartes devant lui, la partie s’arrête et on compte les points des cartes présentes devant chaque joueur. Attention, si vous avez 2 cartes identiques devant vous, celles-ci sont retournées immédiatement et elles ne compteront donc pas lors de ce décompte. Va falloir bluffer, être attentif et bien calculer pour l’emporter. Ça fait penser à Mascarade mais avec beaucoup plus de contrôle, même si il reste une bonne grosse part de chaos. On lui consacrera un article lors de sa sortie, mais suis déjà bien emballé.


Dicium (Al)
Le futur bébé de GAG. Une mécanique pour 4 jeux différents. Le concept est ambitieux, original. La mécanique, quant à elle, l’est un peu moins car on retrouve un peu les bases du jeu « Roll trough the Ages » et les combinaisons de poker. A son tour, le joueur lance ses dés et pourra utiliser ceux-ci de 2 manières différentes : soit en utilisant les couleurs, soit en utilisant les chiffres. Nous avons testé le mode coopératif où nous devions fouiller un donjon pour trouver X trésors. Evidemment, ce donjon était infesté de monstres que nous devions aussi dézinguer pour pouvoir progresser ;o). La difficulté était au rendez-vous, plein de bonnes idées et j’ai bien apprécié le test malgré les quelques petits problèmes de rythme. Evidemment, on est sur du prototype donc tout évolue de semaine en semaine. Vous pourrez d’ailleurs donner vos retours à la team de GAG puisqu’ils vous le présenteront également lors de notre soirée jeu du 29 mars.

La team Brussels Games Festival

Profiler (VaL)
Premier jeu testé ce dimanche (en version « salon ») avec Cowmic, premier jeu acheté !
Profiler est un jeu d’ambiance coopératif. Le principe est très simple et expliqué en 2 minutes : 6 personnages d’un côté (une multitude de cartes sont disponibles), 2 mises en situation de l’autre (présentes en grande quantité également). Le joueur qui incarne le profiler sur ce tour devra poser les 2 situations sur un baromètre de +5 à -5, après avoir pris connaissance, grâce à des cartes numérotées, du personnage qu’il doit faire trouver aux autres. Par exemple, mon 1er personnage à faire trouver était Cyril Hanouna (huuum), et l’une des mises en situations était « En cas d’attaque zombie, il survivrait ». Simple : j’ai posé la carte « mise en situation » sur -5 (bah oui hein, inutile de dire pourquoi je ne pense pas qu’il y survivrait bien longtemps). Un grand nombre de personnages en tout genre et de mises en situation existent (des bêtes et des moins bêtes, je vous rassure).
J’ai a-do-ré, du coup, j’en ai redemandé. Fort amusant de voir la logique des autres joueurs, qui cherchent parfois bien trop loin (et se plantent royalement, du coup). Un bon jeu à avoir si vous voulez jouer avec tout genre de public.

Unsual Supects...

Mot pour Mot (VaL)
Encore un jeu expliqué en 2 minutes, mais cette fois, il faut aimer les jeux de mots, enfin, de lettres plutôt. Un plateau contenant les différentes lettres de l’alphabet (sauf certaines comme les voyelles très utilisées, ou des consonnes genre « w ») en son milieu, et 2 colonnes de chaque côté de cette rangée de lettres. Le principe fonctionne comme au jeu du tir à la corde, mais comment ? A tour de rôle, on pioche une carte et on tourne le sablier, nous aurons ce temps-là pour trouver un mot qui répond à la demande de la carte. Par exemple « on en trouve dans une cuisine » : fourchette, assiette, vous aurez le choix, mais votre réponse doit être réaliste. Vous tirerez alors les lettres de ce mot vers vous tout en l’épelant, il faudra donc utiliser 3x la même lettre à partir du moment où celle-ci se trouve toujours au milieu. Le premier (ou la première équipe) qui récupère 6 lettres a gagné. Simple, rapide, efficace, à condition d’aimer les jeux de lettres. Il peut être très utile pour travailler son orthographe en s’amusant, mon point positif (bon, je suis aussi bon public de ce genre de jeu ^^).

Satyrik & Barabistouille

GroWerZ (Cowmic)
Le nouveau jeu distribué par Dédale. On a eu la chance de se le faire présenter par « Dé joueur » et l’explication fût parfaite. Autant le dire de suite, mon coup de cœur du salon. Suis reparti avec la boîte et je vous le présente complètement la semaine prochaine. Mais dans les grandes lignes, c’est un jeu de cartes sur le thème de la culture du cannabis. Je l’ai rebaptisé « Les Bâtisseurs de la Weed » car il y a une mécanique similaire aux Bâtisseurs. En gros, il faudra planter durant 4 saisons et améliorer vos plantations en fonction des attentes de votre personnage sur 3 critères : la quantité, la qualité et le temps de travail. Pour ce faire, vous ajouterez une variété d’herbe par plantation puis y ajouterez des accessoires pour augmenter le rendement. Il vous sera aussi possible de jouer des cartes événements qui rapporteront des points en fonction de ce que vous avez planté comme type de plante ou d’ajouter de nouveaux espaces de plantation (qui peuvent être extérieur ou intérieur et qui influenceront le type de plante que vous pouvez y mettre). Il fonctionne parfaitement et le thème original est super bien décliné. Je ne vous en dit pas plus pour l’instant, vous devrez patienter jusque la semaine prochaine…

Les "Dé Joueur" organisent des soirées jeux sur Ixelles, qu'on se le dise...

Junkart (VaL)
Vous y incarnerez un architecte, là où certains voient des rebuts, d’autres voient de l’art ! Enfin, en théorie… Un tas de pièces en bois de toutes sortes de formes et de 4 couleurs différentes sont posées au centre de la table. 
Chaque joueur débutera avec une base (un bloc noir en forme de carré) sur lequel il devra poser sa construction. Il pourra tenir sa base s’il le souhaite, il pourra aussi déplacer une pièce déjà posée, mais uniquement grâce à la pièce qu’il est en train d’ajouter à sa construction. Sympa donc ! Mais au risque de faire tout tomber…
Grâce à 12 cartes « villes », le jeu prendra une tournure différente (jouer rapidement sur sa structure, contribuer à une structure commune, mettre le plus de pièces, faire la plus haute, …), ici vous ne vous contenterez donc pas d’empiler des morceaux de bois, il promet une belle rejouabilité.
Un matériel ma-gni-fi-que, et celui-ci justifiera son prix assez onéreux. Un bel objet très agréable à jouer.


CONCENTRATION !!!

Les impressions…


Les impressions de AL :
J’ai eu la chance d’y aller le vendredi et je ne le regrette pas car évidemment, il y avait beaucoup moins de monde qu’un samedi ou dimanche. Du coup, on a pu sans soucis se balader dans les allées clairsemées du salon. Concernant le Youplay, même constat que l’année passée : énormément de tables vides lors de ce premier jour de salon, ce qui nous a laissé le champ libre pour jouer tranquillement. Malheureusement, les nouveautés étaient assez peu présentes sur le salon (comme Yamataï ou Magic Maze qui étaient vendus par les différentes boutiques présentes)…les éditeurs ayant visé le public du MIA, ils ont plutôt préféré miser sur des valeurs sûres et les jeux d’ambiance, ce qui, ma foi, est très logique. C’est un salon agréable, varié (manga, jeux vidéo, jeux de société) qui pêche un peu par des prix (entrée et nourriture) un peu élevés.


Les impressions de VaL :
J’aurais du mal à juger le festival dans son ensemble étant donné que je ne me suis pas restaurée sur place, par exemple. Nous sommes arrivés 15 minutes après l’ouverture, résultat : 0 file. Bon plan donc (ou coup de chance, peut-être).
Très étonnée de voir que nous (et plusieurs autres) avons passés le point de contrôle des sacs comme une lettre passe à la poste… Il y avait pourtant du personnel présent et peu de monde quand nous sommes passés.
Pour l’ensemble du festival, j’ai ressenti tout pareil que l’an dernier, je n’avais par contre pas de souvenir d’autant de courants d’air dans la salle, je plains les animateurs qui ont subi cela 3 jours^^.
Le gros point positif de ce festival en ce lieu, c’est qu’il attire facilement le public de la Made in Asia, et donc de potentiels nouveaux joueurs, ce qui explique, comme l’a bien dit Al, la sélection de jeux présents à (re)tester.
L’équipe se fera en tout cas un plaisir de remontrer le bout de son nez l’an prochain !


Les impressions de Cowmic :
Et bien c’est simple, suis très content d’y avoir été 2 jours sur les 3. Mes goûts en matière de jeux et les nombreux déjà testés ne m’auraient pas permis de remplir une 3ème journée. Mais à l’aise niveau timing sur les 2 journées. Dommage qu’il faisait fort froid dans le hall jeux de société. Ça manquait d’un bar (pas d'une échoppe à nourriture qui vendait des canettes). J’ai même eu le temps de me balader dans Made In Asia et malgré que ça ne soit pas mon truc, c’est amusant de croiser tant de costumes (même si trop de pyjamas tue le pyjama), et de voir autant de passion autour d’une culture différente. J’ai aussi apprécié de voir l’espace jeux de société fort rempli, preuve qu’une telle partie a sa place dans un tel événement. Je reviendrais l’année prochaine avec grand plaisir. Pas de bémol, une grosse organisation bien gérée et un beau succès au rendez-vous.

Pas facile la vie de Pikachu...

On vous donne déjà rendez-vous là-bas l’année prochaine une fois.

La DJUF Team présente à YouPlay : Al, Cowmic & VaL

Les informations sur les salons :